Webself : outil gratuit pour faire son site soi-même

webself

Pour continuer la série de test de CMS, j’ai tapé « créer un site » sur Google et j’ai choisi le premier service de la liste que je n’avais pas testé jusque là : Webself occupe fièrement la 3e place derrière Wix et e-monsite. Webself est un service de création de site en ligne édité par une société Québecoise (NovAxis Solution). NovAxis a fait ses premiers pas dans le web en 1989 (Tabernacle, je serai curieux de voir les archives des sites de 1989 !). Aujourd’hui, Webself annonce plus de 2.5 millions de clients, dans 125 pays du monde. Comme la plupart des CMS en ligne, Webself tend à démystifier la création de site pour permettre à tout le monde de faire du web soi même (web-self) ! En 2010, une entreprise sur deux n’avait pas encore de site web et le chiffre n’a pas bougé en 2016 ! Webself a donc encore beaucoup de fleuristes, de restaurants, de PME, d’avocats, et de travailleurs autonomes à convaincre ! Voyons ce que vaut le produit, à quel prix et essayons de nous faire un avis de cette plateforme made in Canada !

Quand j’ai fouiné sur Webself, je suis tombé sur des archives de la version précédente. Après quelques minutes d’utilisation de l’outil, je m’étonnais de ne pas trouver des fonctionnalités annoncées sur l’ancien portail ou sur des comparateurs de CMS. La fonction Blog par exemple n’existe pas (ou plus), tout comme la fonction e-commerce. Le technicien que j’ai contacté par tchat me répond que ces options sont prévues pour l’été 2016. J’ai donc l’impression que Welself a complètement changé de version en 2015 mais sans intégrer les mêmes fonctionnalités que dans la version précédente, en faisant le choix de les remettre au fur et à mesure. Il y a donc un ancien Webself et un nouveau, avec deux sources de contenu en ligne à deux adresses différentes (v2.webself.net et webself.net) C’est osé en terme de référencement, ce qui n’empêche pas le portail Webself de truster les premières places dans les recherches Google.

Le choix du Design pour commencer

La création d’un site sur Webself démarre par le choix d’un thème graphique. Les 60 thèmes de la collection de Webself semblent vraiment différents en terme de structure et de styles. J’en ai appliqué quelques uns, dans l’ensemble ils sont plutôt originaux et il y en a pour tous les goûts. Mon choix s’arrête sur le thème Plombier.

On peut se contenter uniquement de changer l’image de fond ou aller plus loin en le personnalisant avec des formulaires simples ou avancés. Il n’y a cependant pas la possibilité d’ajouter du CSS.

Un débutant passera pas mal de temps à s’amuser dans ces formulaires. Le fait que les fonctions d’édition soient présentées dans une barre lattérale pemet à l’utilisateur de voir en direct les modifications (et sans enregistrer). Vraiment amusant et un gain de temps, sans avoir ainsi à jongler entre l’aperçu du site et le backoffice.

Voici des exemples de sites créés avec Webself, admirez par vous même weddzy.com ou lornebeaudet.com.

changer-design

Les thèmes ne sont pas responsives mais Webself propose une version mobile (uniquement en version payante). Un gros point noir à ce jour : quand on choisi un thème pour son site, il n’est pas possible d’en changer (pourtant il est annoncé autre chose dans la FAQ).

Pour les professionnels du web ou les internautes spécialistes en création de site, Webself propose de démarrer un site avec un thème vide. Même problématique que celle annoncée au dessus, on aimerait pouvoir changer de thème en cours de route, sans avoir à recommencer un site.

theme-vide

Premiers pas dans l’interface de Webself

Ce qui est plaisant dans cette nouvelle version, c’est qu’on est pris en main de suite avec des animations qui expliquent comment utiliser l’outil. Webself a compris que si c’est trop compliqué, on décroche assez rapidement. L’interface est épurée et l’accent est mis sur la barre latéralle qui permet d’ajouter du contenu dans ses pages. Il n’y a pas 36 options, tout est là !

didacticiel

Sur Webself, on est à mi-chemin avec e-monsite (le webmaster se connecte sur un manager pour éditer son site web) et la stratégie de Wix (pouvoir tout faire dans ses pages, chaque élément peut être sélectionné et déplacé en drag and drop). C’est ultra fluide, tant au niveau de l’ajout d’élément que de l’enregistrement.  Si vous souhaitez par exemple réduire la zone de sous titre dans l’entête et la déplacer de quelques pixels sur la gauche, c’est possible, sans avoir à mettre les mains dans le CSS. Pour un débutant, c’est très très simple et vraiment intuitif.

L’ajout de contenu dans une page via Webself

Par défaut on dispose d’une barre d’outils fixe, et on choisi ensuite quel contenu de page on souhaite modifier.

L’ajout de contenu se fait en glissant des élément de la barre d’outils dans la zone de contenu. Ainsi, dans l’exemple ci-dessous, je prends un bloc image, que je glisse sur ma page. L’éditeur me fait ressortir automatiquement les zones potentielles sur laquelle je peux mettre mon image. Libre à l’internaute d’ajuster la position de l’élément au pixel près.

Pour un utilisateur qui veut ajouter ce qu’il veut, où il veut et facilement (sans avoir à mettre les mains dans le code), c’est ultra simple : texte, image, diaporama, carte google map etc… L’inconvénient, ça sera sûrement le code généré par cette ultra grande liberté d’action, nous verrons cela un peu plus loin dans l’article.

La façon de procéder est identique pour toutes les zones du site : l’entête, le menu, le footer, le contenu.

page-webself

Webself propose un tas d’options pour mettre en forme une page, en ajoutant des styles sur des blocs, des images de fond, couleur, effets (arrondis, carré etc..) ou des dégradés.
option-page

Une version gratuite et 3 payantes

Webself est gratuit à vie mais limité à 5 pages, avec de la publicité (très discrète) et un stockage de 200Mo. Pour upgrader son compte, le webmaster a 3 possibilités : l’offre Basic, PRO ou Business.

L’offre est axée en partie sur la limitation de la bande passante (capacité serveur allouée au transfert de données pour afficher une page). Plus la bande passante est importante, plus on peut accueillir de visiteurs sur son site. Plus vous allez payer sur Webself, plus vous aurez de bande passante pour votre site (notez que sur la plupart des CMS en ligne que nous avons testé, la bande passante est illimitée).

Dans l’offre à 4.95€ par mois, on peut créer un site de 25 pages sans publicité, avec un nom de domaine externe (acheté ailleurs), avoir 2 Go d’espace disque et de 500 Mo bande passante. Suffisant pour un petit site vitrine. Au plus cher, pour 18.95€ par mois, vous passez dans le « presque illimité », avec la création de pages illimitée, 6Go d’espace de stockage, des boites mails, gestion multilingue etc etc..

A noter que les prix affichés sont les prix mensuels si vous achetez le pack pour deux ans. Sinon c’est plus cher ! Donc pour acquérir la version Business a 18,95€ par mois, il faudra débourser 454.80€. On peut dire que c’est un CMS avec des fonctionnaltés intéressantes mais qui s’adresse à un public qui a déjà un budget conséquent à allouer.

offre

Les outils complémentaires à la création de pages

Il n’y a pas de blog ou de solution e-commerce pour l’instant. Webself permet essentiellement de présenter du contenu mais pas d’afficher du contenu dynamique via des outils préformatés (ce qu’on appelle les modules sur d’autres CMS). On peut toutefois intégrer des formulaires dans ses pages, des sondages, diaporamas. Tout cela se fait via l’outil de création de pages que nous avons présenté précédemment dans l’article.

Webself a opté pour la même stratégie que Jimdo au niveau des services complémentaires. Au lieu de s’éloigner de leur corps de métier (qui est la création de site web), Webself a su nouer des partenariat avec des services externes pour proposer des addons à ses webmasters. Derrières ces partenariats il y a sûrement un enjeu commercial pour eux, mais Webself a bien compris qu’il fallait mieux que ce soit bien fait et bien maintenu par un professionnel plutot que de développer une application bancale.

partenaire

Ainsi, pour envoyer des newsletters, Webself vous propose de découvrir Mailjet. Pour ajouter un système de réservation en ligne, il y a MyRezap, l’intégration d’un tchat externe se fait via Iadvize, la réalisation de diaporama via Kizoa etc… Nous testerons prochainement www.sellsy.fr, un service proposé par Webself pour gérer ses devis et factures.

Peut-on compter sur une assistance solide ?

Vous pouvez entrer en contact avec des membres de l’équipe par t’chat ou par mail. J’ai apprécié après quelques minutes sans réponse qu’on me propose de transformer mon message par t’chat en ticket de mail. J’ai obtenu une réponse plus tard par mail sur ma boîte.

La société étant au Canada, on a difficilement des réponses avant 13h (décalage horaire avec la France). Le fait d’avoir des horaires décalées, c’est un avantage pour ceux qui travaillent sur le site le soir et qui peuvent obtenir une réponse du support jusqu’à 22h.

aide-webself

J’ai trouvé les ressources d’aide un peu légères sur le nouveau portail : peu de tutoriels vidéos, peu d’animation sur les réseaux sociaux. De façon générale, je n’ai pas ressenti sur la toile la présence des 2.5 millions d’utilisateurs annoncés. Cependant, la FAQ est efficace, mais ne contient pas beaucoup de questions (moins que sur la version précédente de Webself, peut être une période transitoire) ?

Enfin Webself, comme Jimdo ou Exagon Concept a compris que certains utilisateurs étaient prêts à payer pour ne pas avoir à se prendre la tête. Faire un site ou une charte graphique, c’est un métier, et un webmaster sur Webself peut décider de le déléguer à un expert.

Le référencement des sites sur Webself

Webself est plutôt bien référencé sur des requêtes stratégiques (mais le site portail ne semble pas être fait avec Webself). Les arguments sont assez légers sur la présentation du référencement, nous allons donc lister rapidement quels sont les outils qui sont proposés par Webself pour optimiser le référencement de son site.

Deux jours après la création du site, j’ai reçu un mail pour me dire qu’il était tout à fait normal que mon site n’apparaisse pas encore sur Google, et que j »étais invité à consulter l’aide pour en savoir plus, ce que j’ai fait.

Pour optimiser le référencement d’une page sur Webself, il faut cliquer droit sur le titre de la page, puis sur éditer et accéder à « Paramètres du référencement » : title, description, mots clés et possibilité de modifier son format d’URL de page.

seo

Au niveau du site, on peut accéder aussi à un espace « Référencement » pour activer son sitemap et le fichier robots.txt et exclure du contenu de ces fichiers. Enfin Webself vous donne la possiblité d’ajouter facilement un code analytics ou Search Console et accéder aux balises meta du site (mais pas de chaque page). Enfin, le webmaster soucieux de ne pas laisser traîner de pages 404 sur son site peut faire des redirections 301 (permanentes) ou 302 (temporaires).

Dans les contenus, Webself invite à mettre des alt sur les images, en expliquant clairement à l’utilisateur l’importance de cette balise. Le champ « titre » et « description » sont donc secondaires, sachant qu’on peut en plus laisser une légende ou changer le nom du fichier.

img-alt

Coté site, quand on regarde une page créée avec Webself, la première balise titre est un H1 dans la page, c’est bien ! Mais par contre, le fait de l’insérer dans un <p>, c’est une erreur. Un texte est soit un titre de niveau 1 à 6, soit un paragraphe, mais ne peut pas être les deux. Quand on insère un titre en le faisant glisser dans la page, cela devient un h2 (mais aussi entre des <p>). Même si les titres suivants (h3, h4 etc…) seront moins souvent utilisés, il est dommage de ne pas avoir la possibilité d’en ajouter directement avec le widget « titre » à glisser dans la page (il est cependant possible de les insérer en HTML, mais c’est un mode plus avancé).

titre-h1-h2

En affichant le code source, on se rend compte que le code généré en lui même est un peu fouilli. Des styles CSS qui se baladent dans le code source en dehors de la feuille de style, ce n’est pas sexy et ça ne plaira pas à un professionnel de la création de site et à google. En analysant le code du portail Webself, je remarque que c’est plus propre, Webself.net est-il créé avec leur CMS ?

Verdict : faire son site avec Webself ou non ?

Nous avons testé la nouvelle version de Webself en pleine transition. L’offre me semble assez chère pour le moment mais si les outils annoncés sont ajoutés sans surcoût, on obtiendra un CMS très complet pour un prix dans la fourchette haute mais toujours raisonnable. L‘outil est très moderne (normal, tout neuf, quand on compare à l’ancienne version, il n’y a pas photo). Il est dans le top 3 des CMS les plus rapides à prendre en main ! Les designs sont très jolis et le support (basé au canada) répond aux questions dans un délai raisonnable. Me semble primordial d’ajouter rapidement une possibilité de changement de thème graphique !

webself

Je trouve webself génial pour un webmaster qui souhaite créer un site figé de 10 ou 15 pages. Beaucoup plus intuitif que e-monsite, il me semble par contre beaucoup plus léger en terme de fonctionnalités. Si vous avez un projet qui s’inscrit dans une stratégie de communication sur le web, vous aurez besoin de blogguer, de créer plus de pages, d’avoir des menus différents, de proposer des fonctionnalités de gestion de communauté (comme un espace membre) et pour cela, Webself me semble un peu juste.

Il est à préciser qu’il existe une possibilité de réserver du contenu avec un mot de passe et une version multilingue dans la version payante. On peut aussi créer plusieurs sites sur un même compte (ce qui est bien pour une agence ou un freelance) mais pas travailler à plusieurs webmasters.

Ces articles devraient vous intéresser

  • Créer son site avec Orson : test et avisCréer son site avec Orson : test et avis Orson, ce n'est pas seulement un groupe de musique Californien, c'est surtout un outil pour créer son site web tout seul. Anciennement, ce logiciel en ligne s'appelait Pikock, il a changé […]
  • Après le test, voici notre avis sur Jimdo !Après le test, voici notre avis sur Jimdo ! Jimdo est un éditeur de site web qui a vécu une success story comme on les aime : 3 jeunes allemands développent leur idée dans une grange : ils ont la volonté de permettre à tout le […]
  • On a testé Wix pour créer un site gratuitOn a testé Wix pour créer un site gratuit Si le nom de Wix vous dit quelque chose, c’est que vous avez dû voir passer un spot TV aux heures de grandes audiences ou qu'une publicité est passée (un peu trop) dans votre fil […]